HISTOIRE D'UNE DISPARITION (209-2011)

 

Je mène une enquête. Je recherche des signes qui pourraient m’orienter. Je suis en recherche - sans savoir tout à fait pourquoi cela paraît si important pour moi.
La forme m’importe peu, que ce soit une fiction ou un reportage, une photo qui semble bâclée ou dénuée de sens. C’est la construction inconsciente d’une ligne directrice qui m’intéresse, la vue d’ensemble en point de mire qui me fait comprendre après coup le but de la recherche.
Je n’ai pas de message à faire passer. Et si j’ai un parti pris, ce serait celui de choisir mes sujets - le sujet que je photographie et qui seul m’importe.
On peut alors parler d’une disparition, car lorsque la scène apparaît,ses acteurs, son décor, son intrigue - son manque d’intrigue, c’est moi qui disparaît, dans un instant fugitif, une émotion qui ne m’appartient plus.

C'est peut-être cette histoire que je suis en train de raconter.